• Tous les véhicules
  • Utilitaires
Mon âge 26 ou plus

Les 5 meilleures recettes de cuisine martiniquaise

Top 5 recettes martiniquaises

Dans la famille du patrimoine culturel de la Martinique, je demande la gastronomie ! Composante inévitable de la culture créole, la cuisine martiniquaise en est un de ses plus savoureux représentant. Epices, fruits tropicaux, poissons locaux et viandes, autant de saveurs que de surprises. Découvrez notre top 5 des recettes de cuisine typiquement martiniquaises.

Le colombo de poulet martiniquais

Le colombo, une épice

Parmi les plats les plus répandus et emblématiques de la cuisine martiniquaise, et même créole, on trouve le colombo de poulet. Originaire du sous-continent indien, le colombo (le mélange d'épices) a voyagé jusque dans les Antilles au XIXe siècle lorsque les Britanniques avaient encore des possessions dans cette région du monde. Le colombo antillais (l’épice) est généralement composé de curcuma, coriandre, poivre, laurier, thym, quatre-épices (bois d’Inde, piment de la Jamaïque) en dosage particulier. Cette composition lui donne une saveur différente du colombo d’Inde et du Sri Lanka majoritairement composé de curry.

Le colombo de poulet, un plat de la Martinique

Le colombo créole (le plat), en plus des épices lui donnant son nom, intègre légumes et viandes (poulet, porc, agneau, cabri..) ou poisson/crustacés (marlin, thon, crevettes, langoustes…) Dans la cuisine martiniquaise, le colombo de poulet se fait donc avec du poulet (blanc ou cuisse), évidemment, et a pour légumes principaux la pomme de terre, les aubergines et les oignons. Pour compléter la composition, on peut aussi utiliser du citron, des courgettes, de l’ail...Il n’y a pas une seule recette de colombo de poulet, chacun peut l’adapter à sa sauce. Pour obtenir un colombo de poulet parfait, il est recommandé de laisser mariner la viande et sa marinade toute une nuit avant de passer à la cuisson. Accompagné de riz ou de bananes plantains, le colombo de poulet à la texture savoureuse et aux accents relevés est un pur régal.

Colombo de poulet

Acras de morue

Avant de déguster un bon colombo de poulet traditionnel, patientez avec une mise en bouche toute aussi traditionnelle. L’acras de morue est un petit beignet frit servis en apéritif ou en entrée.

Une origine outre Atlantique

Historiquement, l’origine de l’acras, qu’il soit de morue ou de légumes, est l’Afrique, plus précisément du Dahomey (région de l’ouest africain couvrant une partie du Bénin actuel. D’ailleurs étymologiquement, d’après l’académie française, le mot “acra” proviendrait du mot “akara” signifiant beignet de haricot en langue Yoruba (parlée au Nigéria, Togo et Bénin). La recette et le nom on donc probablement voyagé pendant le triste commerce triangulaire.

Une mise en bouche légère et savoureuse

Pour en revenir au plat, l’acras martiniquais est un amuse-gueule léger, croustillant à l’extérieur et moelleux à l’intérieur. Selon les préférences des uns et des autres il peut être doux ou relevé (par addition de piment de Cayenne, de Tabasco ou de sauce chili). Cette entrée devenue caractéristique de la gastronomie martiniquaise est facile et rapide à faire. Elle consiste en l’émiettement de la chair de la morue, à son mélange avec une pâte (farine, eau, oeuf) et enfin à une cuisson de type friture.

Le gratin de christophines martiniquais

La christophine, une plante d’Amérique Centrale

La christophine, aussi appelée chouchou ou chayote, est une plante de la famille des cucurbitacée (concombres, courgettes…) dont le fruit, s’apparentant à une grosse poire déformée, est consommé comme légume. Cultivée sous les climats chauds, elle trouve son origine en Amérique centrale et s’est tout naturellement qu’elle est répandue dans les Antilles françaises.

Le gratin de christophines, un plat martiniquais nourrissant et classique

Dans la cuisine martiniquaise, la christophine est surtout utilisée pour la concoction d’un plat incontournable sur l’île : le gratin de christophines. Le fruit de la chayote riche en eau, bien consistant et à la saveur plutôt fade trouve facilement sa place dans un gratin où les épices et le fromage le mettent en valeur. Pour résumer en quelques mots le gratin de christophines est une alternative créole au gratin de pomme de terre. On change le légume et on épice comme on préfère ! Pour l’anecdote, ce gratin savoureux est parfois servi dans les mariages en Martinique, c’est dire qu’il est nourrissant et emblématique de la culture créole.

Gratin de christophines

Le poulet boucané de Martinique

Boucan, boucanier et boucanage

“Boucané” ? Ce n’est pas un mot que l’on entend souvent en dehors des Antilles. L’origine de cet adjectif vient du “boucan”, une claie (grille) que les indiens Caraïbes (tribu indienne des Antilles) utilisaient pour faire rôtir et fumer leur prisonniers avant de les consommer….En Tupi (langue amérindienne), le mot boucan signifie “grille en bois servant au fumage”. C’est d’ailleurs de ce mot que provient le nom des boucaniers,, que les amateurs d’histoires de pirate devraient connaître, une communauté de pirates vivant de la chasse. Ils vendaient les peaux des animaux et conservaient la viande en la fumant sur...le boucan. Le boucanage est donc une manière de fumer de la chair animale pendant des heures pour la conserver. Le poulet boucané, plat bien connu en Martinique, est tout simplement du poulet fumé en quelque sorte.

Le poulet boucané, typique de la street-food martiniquaise

Ce plat traditionnel martiniquais est avant tout une composante incontournable de la street-food martiniquaise. Vous en trouvez facilement sur les routes et dans les rues de toutes les villes et villages de l’île. La recette du poulet boucané est simple : un poulet mariné dans un mélange d’épices, d’herbes aromatiques, de citron pendant des heures, puis une cuisson avec de la canne à sucre, des feuilles de bananier... sur un feu de bois (idéalement, pour conserver le goût fumé). Le résultat est surprenant de délice ! Le fumet est exquis, la viande parfumée et fondante, une merveille ! Prenez les routes de la Martinique au volant d’une voiture de location et profitez-en pour vous arrêtez en prendre au coin d’une rue !

Poulet boucané

Le robinson, gâteau de Martinique

Pour finir cette article consacré au top 5 des recettes de la cuisine martiniquaise le robinson a été choisi. Quoi de mieux qu’une recette de pâtisserie après celles consacrées à des plats de consistances et des entrées ?

Le robinson, une pâtisserie locale traditionnelle

Le robinson, est probablement la plus traditionnelle des pâtisseries de Martinique. Ce gâteau composé d’une pâte brisée et d’un quatre-quart et garni de confitures et de coco est tout simplement irrésistible. Peu connu en métropole, le robinson est incontournable sur l’île, notamment dans les boulangeries/pâtisseries traditionnelles. Son succès, il le doit à sa texture moelleuse en son coeur et croquante en surface ainsi qu’à la très appréciable saveur sucrée des confitures de banane ou de coco qui le garnissent.

Faites le tour des différents restaurant de l’île avec pour découvrir d’autres recettes typiquement martiniquaise avec Europcar : réservez sur Europcar Martinique.



Nous contacter
Service Clientèle : 05 96 42 42 42
Service Réservation : 05 96 42 42 53
Assistance 24/24h 7/7j : 06 96 45 97 83

Autres sites Europcar