Poésie Martinique

Mon amour à la nature
Mon amour au beau
Mon amour aux autres
Trouvent leur résonance dans mon pays Martinique

Ce matin mes yeux avalent les nuances de vert ;
Vert d’herbe folle, vert de mangrove,
Vert de calebasse, de fruit à pain
Vert de gris, de sauterelle,
Vert de cerise pays, de cerise rouge,
Tiens ! Une cerise rouge 
Et mon regard violet rencontre la mer.
Alors ma bouche ébahie
à l’horizon de cette sculpture argentée de lumière,
sur laquelle, danse le canot « Ainsi soit-il » de Ti Sonson,
diffuse dans l’air bleu odeur de terre,
la fragrance de la figue pomme dégustée.
Le soleil resplendit de chaleur tandis qu’un
vent léger murmure des petites fraîcheurs, berce les
longues lances emplumées aux grappes de cocos verts.
Je lève la tête au ciel comme pour boire
cet instant, comme pour me remplir de ce tout
de plénitude, comme pour merci.
Je m’allonge tout mon long sur ma terre à la mémoire douleur.
Mes yeux portent sept cents couleurs
et mille beautés.

Maure


Adrienne et Saintronise
De la commune du Lorrain
Attendent chacune de son coté le taxi
Pour se rendre a Fort de France

Saintronise
« Sa Sa Yé ? Qu’est ce que c’est ?
il y a dix jours Manzelle portait la même robe
dans laquelle elle faisait une concurrence déloyale
à un hippopotame même que je me disais qu’il y a
des limites pour aimer les animaux, pas au point
de vouloir leur ressembler-aujourd’hui la robe
flotte sur elle….. Si elle croit que je ne sais pas
Qu’elle a refait la même en plus large pour faire
Croire qu’elle a maigri ; n’importe quoi ! »

Adrienne
« J’aurais mieux fait de lui refiler
Mes kilos perdus pour remplumer son cou de poule
Quel gaspillage ! Mon Dieu pardon. »

Et qu’est ce que c’est que ce sourire niais
Qu’elle affiche ? Ah oui

La pauvre s’appelle Saintronise
Saintronise Saintroniaise, c’est trop niaise »

Ooh ! Voila le taxi
Firent-elles d’une même voix mielleuse

Maure


Pluie de mangots
Mangot moussache, mangot tine,
Mangot zefirine, mangot bassignac,
Mangot a la rose, mangot coco bœuf…
Mangot Oh !
Mangot savouré sans couteau, ni fourchette,
Penché au dessus de l’évier et le jus qui
Dégouline le long du bras et qu’on lèche en
Remontant de coude vers le poignet hum…
Mangot Oh !
Mangot moqueur lorsque le savoureux
Faussement distingué prend résolument un mangot
Et l’air de rien en reprend un deuxième puis
Un 3ème un 4ème un 5ème l’air de rien rien un
Sixième et hop un petit 7ème et ; toute dignité
Retrouvée ou perdue s’affole ha ha
Mangoooh !
Le savoureur dispose dans un récipient un groupe
De mangots choisi avec amour, et sensible,
Veille à n’en délaisser aucun.
Ça ne se fait pas.
Oh ! Saison mangots !

Maure


Et les rires de pluie d’enfants
Sous les gouttelettes d’arc en ciel
Et le Bon Dieu et le diable qui se
Marient derrière la porte de l’église *
Et Juliette qui tournoie sous juillet
En pluie
Et la dame pelée qui se cache de St pierre
Et la trace qui se perd sous les fougères
Arborescentes, sous les fougères nid d’oiseau
Et les feuilles bis canon qui se tordent
Pour nous montrer leur dos blanchâtres
Et deux colibris qui zèbrent le ciel
Pour se faire une fenêtre
Au soleil

Maure

*proverbe créole, Lorsque soleil et pluie Cohabitent


Alors, n’attendez plus, venez visiter notre île et surtout,
n’oubliez pas de passer chez www.EUROPCAR-MARTINIQUE.com,
vous y louerez plus qu’une voiture !