Le Musée de la Banane de Martinique

 
TOUT SAVOIR SUR CE FRUIT
Description : D:\Documents\vauclin.gest\Bureau\images.jpg
 
Qui n’a jamais traversé l’île, en voiture de location,  du nord au sud  et d’est en ouest , pour se rendre compte que celle-ci  regorge de champs de bananiers et de ce fait, qu’ils occupent une place privilégié en  Martinique. En voiture de location,   vous circulerez sur ces routes bordées de plantations de bananes aux multiples variétés,  et qui poussent de surcroit toute l’année. La banane joue un joue essentiel  dans l’économie locale, la culture de ce fruit couvre 8300 hectares soit 84% des terres agricoles  utiles, répartis sur 1275 exploitations.
C’est vrai qu’on la retrouve majoritairement  dans la région du nord-est.  La  banane cultivée dans les bananeraies est exclusivement destinée à l’exportation, car chaque martiniquais possédant un bout de terre, plantera quelques pieds pour sa consommation personnelle.  Mais pour tout savoir sur ce fruit tant apprécié pour  ses multiples vertus , rendez-vous , en voiture de location,  dans une exploitation toujours en activité qui a transformé une partie de son domaine,  en musée de la banane :  «  l’Habitation Limbé Fourniole » . Elle situe dans la partie la plus verdoyante de l’île, au nord, dans la forêt qui tapisse la montagne Pelée.  
 
En quittant  Tartane, à bord de sa voiture de location, prendre la direction de Saint-Marie , ( nord-est),  qui est la plus grande commune de la Côte Atlantique , à la sortie du village, au niveau des Rhums Saint James, emprunter  donc   la D 24  en direction du Morne des Esses . Pendant un peu moins de 3  kilomètres, vous croiserez un temple hindouiste avant de tourner à droite et de suivre les flèches menant au musée. Garer  sa  voiture de location sur le parking où vous pourrez trouver une place ombragée, C’est ici que Musée de la Banane ouvre ses portes  tous les jours de 9h à 16 h30, pour accueillir les visiteurs pour un parcours ludique et pédagogique leur présentant toute l’histoire de ce fruit……
 
 
Vous pourrez découvrir durant la visite…..  au cœur de la plantation :
-           un joli bâtiment  ancien aux tuiles rouges, à l’entrée du parc , à droite, aménagé en salle d’exposition  permanente sur panneaux,  abordant le monde extraordinaire  de la banane, à travers son histoire, sa culture,  son fruit, sa  récolte, ses utilisations en cuisine……,
-          face à l’entrée, le  hangar où sont traités les régimes de bananes avant l’exportation,  et conditionnement des fruits, car n’oublions pas que le musée se trouve dans une habitation en activité.
-           le parc de 4 hectares, le long de la belle allée,  dans lequel vous pourrez vous promener au milieu des différentes variétés de bananes et fleurs exotiques de cet immense espace,
-           à  gauche du hangar, un ajoupa, de «  cases créoles, colorées ou vous pourrez découvrir  déguster et acheter  des spécialités culinaires à base de b……. qui font face au tout nouveau restaurant la « la Bananeraie ».
 
Description : D:\Documents\vauclin.gest\Bureau\imgres.jpg   Description : D:\Documents\vauclin.gest\Bureau\images.jpg
Le bâtiment en tuiles rouges                                 l’entrée de la salle d’exposition
 
Description : D:\Documents\vauclin.gest\Bureau\images.jpgDescription : D:\Documents\vauclin.gest\Bureau\images.jpg
 
 Quelques panneaux….
 
La banane,  son histoire, sa culture
 
Originaire d’Asie du Sud –Est, la banane fait son apparition dans les Caraïbes, introduite par les portugais .vers  le début du XVIème siècle. Elle maintient à travers les décennies, des pratiques et des traditions ancestrales et réserve une part très large aux emplois familiaux, ce n’est qu’à partir du XXème siècle que la culture de la banane prend toute sa dimension. . Au début du siècle les expéditions vers la France démarrent timidement : le pilier de l’économie restait le sucre et ses dérivés (rhum), les exportations de bananes considérées comme produit de luxe restent rares  jusqu’aux années 50 malgré les progrès  techniques qui en facilitent l’acheminement (cales réfrigérées) ; Mais après la guerre, les consommateurs français prennent de plus en plus goût à ce fruit, qui apparait alors comme une alternative à la culture sucrière, qui après la crise des années 60, occasionnant  la fermeture de nombreuses distilleries, la banane devient vite la première richesse de l’île.
 
Les exploitations se multiplient, mais les échecs sont nombreux jusqu’à ce que le pouvoir politique français prenne certaines mesures en faveur de la cause bananière. Ceci  fait ,  la banane devient  le nouveau pilier de l’agriculture martiniquaise. Cette culture couvre 25% de la superficie agricole cultivée, emploie 15% des actifs, produit 250 000 tonnes  lui permettant de couvrir 40% du marché français Plongés dans un univers de plus en plus concurrentiel,  notamment depuis l’avènement du marché unique européen, les producteur martiniquais ont profité des aides communautaires pour moderniser leurs exploitations et compenser  l’énorme handicap  du coût de la main d’œuvre face aux autres producteurs d’Afrique et d’Amérique Centrale, leur production pour rester dans les normes imposées par la communauté,   les producteurs  misent sur la qualité pour justifier leur tarifs. Le bananier reste une plante fragile, qui est soumis aux aléas climatique, ainsi  en 2007, le passage du cyclone DEAN, a fait chuté les rendements, un important dispositif l’année suivante de replantation a permis à la Martinique de reprendre petit a petit de retrouver son rendement régulier.
 
  Description : D:\Documents\vauclin.gest\Bureau\imgres.jpg     Description : D:\Documents\vauclin.gest\Bureau\images.jpg
 
 
Description : D:\Documents\vauclin.gest\Bureau\images.jpgDescription : D:\Documents\vauclin.gest\Bureau\images.jpg
Des bananiers à perte de vue….                                   De plus près….
 
Le bananier, son fruit,  sa récolte,
 
Véritable plante géante, le bananier  qui  pousse toute l’année, et peut atteindre jusqu’à 15 mètres q donne naissance à un seul régime de bananes.  Après la récolte, le pied du bananier est coupé pour permettre au nouveau rejet de pousser plus facilement. Il faut alors attendre 6 à 8 mois pour voir apparaître la fleur, sortie au cœur de la plante, le long d’une hampe épaisse et courbée. La fleur appelée « popotte » s’ouvrira pour laisser apparaître un jeune régime de bananes qui sera récolté au bout de 90 jours. La banane étant un fruit fragile, le régime sera cueilli à la main pour ne pas l’abîmer, par 2 hommes, un coupeur, et un porteur.
Saviez-vous que le bananier a besoin de 15 à 20 litres d’eau par jour …. ? Saviez vous  qu’un régime de bananes porte jusqu’à 100 fruits…. ?
 
Description : http://2.bp.blogspot.com/-SXMyUCA3dAA/UziuZ0NbA0I/AAAAAAAADPU/W2Nv5bZhsUM/s1600/IMG_6760.JPGDescription : D:\Documents\vauclin.gest\Bureau\images.jpgDescription : D:\Documents\vauclin.gest\Bureau\imgres.jpgDescription : D:\Documents\vauclin.gest\Bureau\imgres.jpg
La hampe                       la fleur qui s’ouvre          le coupeur                                 le régime
 
Le parc….
 
Jardin tropical immense dans lequel ,  une balade incroyable nous amène à  la découverte des multitudes  de variétés de bananes existantes, plus de cinquante poussent et sont cultivées sur l’Habitation, l’occasion de découvrir l’infinité de formes et de couleurs que peuvent prendre les régimes de bananes, comme la banane argentée, la banane Yangambi, la Grande naine, le Figue Oiseau , le Frayssinette , la Makandja , la Corne , la Plantain .
 
Juste un petit aperçu  quand on sait qu’il existe plus d’un millier d’espèces de bananiers.  Vous saurez aussi   enfin pourquoi  les régimes visibles dans les champs sont entourés de sac en plastique bleu :
 
Description : D:\Documents\vauclin.gest\Bureau\images.jpg      Description : D:\Documents\vauclin.gest\Bureau\images.jpg
 
Bananiers et leur protection                     Explications
 
 Description : D:\Documents\vauclin.gest\Bureau\images.jpg      Description : D:\Documents\vauclin.gest\Bureau\imgres.jpg  Description : D:\Documents\vauclin.gest\Bureau\imgres.jpg
 
La banane figue  rose    la plantain                                              la frayssinette
 
 
Le jardin   composé  de magnifiques bambous géants, impressionnant,  est aussi  agrémenté de fleurs exotiques sublimes qui complètent l’étendue du domaine.
 
Description : D:\Documents\vauclin.gest\Bureau\images.jpg   Description : D:\Documents\vauclin.gest\Bureau\images.jpg  Description : D:\Documents\vauclin.gest\Bureau\images.jpg
 
Le parc et l’allée                                     le parc un peu plus loin                      les bambous géants
 
En sortant du parc, direction …..
 
Le hangar de conditionnement et de traitement des régimes de bananes,  où l’on peut observer de tout près le processus. Les régimes arrivent  verts, sur de grandes remorques tirées par des tracteurs, puis ils sont suspendus à des crochets pour être amenés face à un ouvrier qui va détacher soigneusement chaque patte avant de la jeter dans un grand bac d’eau pour en éliminer toute trace de produit agricole. Une fois lavées, les bananes sont triées et conditionnées dans des cartons  et entreposées dans des containers frigorifiques,  prêts à prendre la route de  FDF, direction le port,  pour être exportées sur des bateaux réfrigérés à 13° (le froid bloque le processus de maturation des fruits) qui rejoignent la métropole en 10 jours. Les bananes vertes sont  transportées à l’arrivée dans les mûrisseries.
 
Le mûrissage consiste à fournir de la chaleur suivant un procédé allant de 8 à 10  jours, en fonction des caractéristiques des origines des bananes réceptionnées et des attentes des clients en termes de stade de maturité. Pour être envoyée chez le distributeur, la banane passera à nouveau  par une étape de descente de température (14°) et attendra ainsi d’être chez le consommateur pour être mûre à point. C’est bien jaune et lisse de couleur uniforme que la préfère les métropolitains, alors que les Antillais la préfèrent tigrée, quand sa peau est jaune tachetée et que son parfum s’exprime  au maximum.
 
Description : D:\Documents\vauclin.gest\Bureau\images.jpgDescription : D:\Documents\vauclin.gest\Bureau\images.jpgDescription : D:\Documents\vauclin.gest\Bureau\images.jpg
 
Vers le hangar                                                                   les étapes , au hangar
 
Avant de rejoindre le parking, où vous attends votre voiture de location,  une  halte s’impose  au bar aménagé dans le village des cases créoles où vous pourrez déguster des  boissons à base de b……. et pourquoi pas se laisser tenter par ce nouveau restaurant  inauguré  depuis seulement quelques jours, Le jour de la fête de la banane,  qui fait partie intégrante de l’Habitation, nous le renommons « la Bananeraie » qui se veut singulier, car il positionne ses menus sur la redécouverte de la cuisine créole traditionnelle à travers la valorisation de la banane, de l’entrée jusqu’au dessert.
 
Description : D:\Documents\vauclin.gest\Bureau\images.jpg  Description : D:\Documents\vauclin.gest\Bureau\imgres.jpg
 
Le restaurant,   les cases créoles,   ou rejoindre sa voiture de location sur le parking…..
  Description : D:\Documents\vauclin.gest\Bureau\imgres.jpg     Description : D:\Documents\vauclin.gest\Bureau\images.jpg
 
Cases créoles
 
Le 13 juillet  l’Habitation Limbé Fourniole  a tenue  sa 4ième édition de la fête de la banane, qui devient presque une institution, à l’initiative de Daniel MARTINVAL et son équipe, qui propose chaque année des nouveautés ,   mettant  en valeur pour le public, pour cette année  ce fameux restaurant dont la carte offre un large éventail de création à base de bananes, de pures merveilles pour le palais.  Alors ne soyez pas impatient  de vous remettre au volant de  votre  voiture de location pour continuer la découverte de l’île,  prenez le temps ….  Et laissez vous tenter !!!!!
 
Description : D:\Documents\vauclin.gest\Bureau\imgres.jpgDescription : D:\Documents\vauclin.gest\Bureau\imgres.jpg
 

Retourner à la page précédente