Le carnaval de la Martinique, une tradition ancestrale.

 La naissance du Carnaval 

 
Le Carnaval est né dans la ville de Saint Pierre. Il est le résultat du mélange entre culture africaine et catholique européenne.
Durant le XVIIème et XVIIIème siècle, le Carnaval de la Martinique est, alors, réservé aux riches colons de l’île qui organisent des grands bals masqués, comme on peut en trouver en Europe à l’époque. Ces banquets privés très onéreux, contraste avec les festivités plus sombres et modestes des insulaires.
Par la suite, le Carnaval connaît deux grands tournants :
Le premier a lieu en 1848 avec la fin de l’esclavage. Grâce à cet événement historique, le carnaval s’ouvre à un plus large public et se popularise. Il s’enrichit de la culture créole, de ses croyances, de ses instruments, de ses danses…  A la fin du siècle, il devient une fête incontournable. La réputation du carnaval est au plus haut même si un clivage entre les insulaires et les colons lui est toujours associée.
Le deuxième changement date de 1902 avec l’éruption de la Montagne Pelée. L’événement engendre la mort de 30 000 morts. Suite au choc de l’éruption la vie de l’île ainsi que son carnaval sont suspendus pendant deux. Mais la tradition reprend vite son cours notamment à Fort-de France.
 
La tradition du « mardi gras » et du « mercredi des cendres »
 
Le Carême est, pour les chrétiens, une période essentielle de l’année. Il correspond à une période de jeûne de 40 jours où ils se préparent à fêter Pâques et la résurrection du Christ. Mardi gras est donc le dernier jour avant d’entrer dans cette période de privation. C’est la dernière occasion de « manger gras », en grande quantité avant une longue période de jeûne.
 
Dans la tradition du carnaval, le « mardi gras » annonce la fin des festivités et le début du Carême. Mais en Martinique, les choses ne se passent pas comme ailleurs. En effet, le mardi gras est fêté le mercredi, normalement appelé « mercredi des cendres » chez les chrétiens. Or, sur l’île, cette célébration est, donc, reportée au vendredi suivant.
  
 
Les défilés du Carnaval
 
Les défilés débutent après l'épiphanie, c’est-à-dire au début du mois de janvier.
Très tôt durant la période du Carnaval, chaque week-end, des manifestations, constituées d’orchestres de rues et de personnes déguisées, paradent dans la ville de Fort-de-France et toutes les communes de l’île. Cependant, ces défilés sont beaucoup moins importants que ceux observés lors des jours gras qui clôturent le carnaval.
Parallèlement, les martiniquais organisent l’élection de leur reine dans chaque commune, lesquelles vont ensuite marcher en tête du défilé à Saint Pierre.
 
Du dimanche gras jusqu’au mercredi gras : que se passe-t-il sur l’île ? 
 
Lors du dimanche gras, les reines défilent dans les rues de Saint-Pierre, la capitale, et Vaval, le principal bwabwa, est présenté. Un bwabwa est un personnage à l’effigie d’un homme politique ou d’une célébrité.  Le lendemain, lors du lundi gras, des couples se forment pour parodier des mariages dans la capitale de la Martinique. Les hommes se travestissent en femmes et les femmes se déguisent en hommes. C’est le jour des mariages burlesques. Plus les jours avancent, plus l’ambiance monte dans les rues. Quand le mardi arrive, les participants du carnaval se vêtissent de rouge et de noir. Les diables rouges, quant à eux, cherchent à effrayer les enfants avec leurs grandes cornes et leurs costumes rouge sang dotés de petits miroirs.  Le jour suivant, le mercredi des cendres, les costumes des participants sont faits de noir et blanc. En effet, dans la matinée du mercredi,  l’annonce de la mort de Vaval est faite dans la presse et des articles humoristiques sont écrits pour relater la nouvelle, la couleur des costumes reflète donc un état de deuil. Des parodies d’enterrement sont faites dans les rues et des hommes, travestis,  pleurent la mort de leur mari Vaval. Le roi bwabwa est incinéré à la tombée de la nuit.
 
Ne ratez rien du Carnaval grâce à une voiture de location
 
Comme précisé plus haut, les festivités du Carnaval se déroulent dans toutes les villes de l’île. L’obstacle majeur que vous pourriez rencontrer si vous désirez vous rendre sur les lieux de ces fêtes est le transport. Grâce à la location d’une voiture, vous pourrez assister aux différentes élections de Miss Carnaval, et être au contact d’une ambiance très chaleureuse entre soleil, ti punch et musique créole.
 

Après être allé profiter des élections, vous pourriez vous rendre à de multiples spectacles et expositions sur le Carnaval de la Martinique grâce à une voiture de location

Retourner à la page précédente