Toussaint en Martinique – Blog Location de Voiture – Europcar Martinique

 

LA TOUSSAINT EN MARTINIQUE

 
 
 

Venir en Martinique à cette époque de l'année, sillonner l'île, en voiture de location, vous fera découvrir comment la population locale vitla Toussaint,en dédramatisant la mort. Les antillais ont un rapport particulier avec leurs défunts, où la douleur de la séparation de l'être aimé, laisse rapidement place à l'évocation joyeuse de la vie du disparu.

 
 
La Martinique possède ses traditions à l'occasion de la célébration de la fête de la Toussaint, le 1er novembre, baptisé ainsi,signifiant la fête de tous les saints vivants ou morts, et du jour des défunts, le 2 novembre, consacré à l'hommage rendu par tout un chacun, aux êtres chers disparus. Ces dates sont liées à un cérémonial des plus importants, qui se déroule sur ces 2 jours. D'ailleurs ils sont fériés sur le département. Mais il faut savoir que cette célébration ne se fait pas dans la tristesse, bien au contraire, l'ambiance n'est pas du tout morose, quelle différence avec la métropole! Cette fête liturgique est un moment, pour la population martiniquaise de se réunir, le temps d'un cour week-end, en famille, entre amis ou voisins, pour partager des instants privilégiés.
 
 
Une semaine avant la fête de la Toussaint une agitation inhabituelle se fait ressentir dans les cimetières, installés en plein milieu des bourgs de chaque commune,la fréquentation y augmente, le lieu n'est plus vraiment si paisible. Le touriste, se déplaçant en voiture de location, de village en village, sera attiré et surpris, d'une part de l'emplacement de ces lieux, mais aussi par les sépultures à la prédominance blanche.
 
 
 
 
Dès le matin et en fin d'après midi, où les rayons du soleil s'atténuent, les martiniquais s'activent au grand nettoyage des tombes,redonnant si nécessaire, un coup de peinture,afin de les rendre impeccables. Les fleurs viennent orner les caveaux familiaux, arums, anthuriums, compositions florales… les préparatifs vont bon train, jusqu'au crépuscule du 1er novembre où le cimetière se pare de l'illumination rituelle. Tout doit être beau sur les tombes des défunts.
 
 
Quand arrive enfin le jour de la Toussaint, pour la messe, aux Antilles les fidèles (habillés de blancprincipalement ), à l'issue de la cérémonie, se souhaitent « bonne fête »,puisque c’est la fête de tous les saints.Cet élan rompt un peu avec la morbidité inhérente à laquelle on assiste en métropoleen cette même période. (Petite précision : ici la tenue des enterrements, c’est le blanc qui prévaut, il représente le symbole du « passage », le linceul est blanc, comme la robe de baptême et de mariée).
 
A tombée de la nuit, les martiniquais prennent la direction du cimetière dont les abords regorgent de marchands ambulants profitant de cette ambiance festive pour proposer les traditionnelles « pistaches »,snow-balls(glace pilée arrosée de sirop), sorbets coco, ou boissons locales .... aux visiteurs du soir. En se frayant un chemin parmi la foule nombreuse, les locaux se rendent sur la tombe familiale, préalablement nettoyée les jours précédents, allument des bougies rouges et blanches, par dizaine, centaine disposées en rangs parfois serrés,sur les sépultures,pour honorer les morts. Petit à petit le cimetière s'illumine de million de petites flammes vacillantes sous la brise du soiret offre un spectacle ahurissant. Dans les travées, bondées de monde, animées par les discussions, les rires, les adultes se recueillent, mais aussi se retrouvent . Les enfants s'amusent et courent dans les allées, se pourchassent, se cachent.
 
 
 
 
Quand la fin de la soirée arrive à son terme,tard dans la nuit, les clochettesne sefontplusentendre, comme à l’ancien temps, signe qu’après le3èmeson, tout le monde devait avoirquitté les lieux. Aujourd’hui c’est un garde de la police municipale que donne ordre de partir.Le rendez vous est donné pour la soirée du lendemain, le 2 novembre,pour les défunts, où l'on retrouvera l'illumination rituelle ; bougies et cierges seront allumés ànouveau pour évoquer la mémoire des défunts.
 
 
Après la visite de la tombe familiale, les anciens se réunissent autour d’un punch, et évoquent les souvenirs, comme pour les veillées funèbres qui sont l’occasion d’un large rassemblement de famille, d’amis et connaissance du disparu. Si dans la chambre funèbre on pleure le mort, que l’on vient bénir et qui repose dans un cercueil réfrigéré, sur la terrasse l’on se doit de relater une anecdote marquante et amusante illustrant le caractère du défunt comme pour le faire revivre dans les esprits des participants de l’assemblée. Chacun évoque des souvenirs heureux comme pour conjurer la mort qui rode, par l’affirmation de la joie de vivre. Parfois même des groupes de tambours sont de la cérémonie, boissons café et nourriture sont proposés, et très vite l’ambiance n’a plus rien de comparable à celles pesantes que l’on connaît.
 
S’il vous arrivait de vous retrouver un soir de Toussaint, dans l’un de ces charmants villages, où vous aura conduit, votre voiture de location, ne vous sentez pas gênés, ni mal à l’aise en découvrant ces rites et traditions, en rapport avec la mort, qui prennent des allures conviviales, et laissez vous emporter par cette façon de vivre typiquement antillaise, lors de votre séjour en Martinique.

Retourner à la page précédente