Chasse au Crabe pour Pâques

 

               TRADITION PASCALE EN MARTINIQUE -  «  LA CHASSE AU CRABE DE TERRE »

                              
 
Ce crustacé, très recherché et apprécié en tant que met culinaire par la population locale, est dégusté en plat traditionnel dont il est l’indispensable ingrédient, généralement le lundi de Pâques.
Ainsi pour perpétrer la tradition et pour sa chair succulente, il fait l’objet d’une chasse importante en période pascale pour finir accommodé en « matoutou ».
 
 
SA DESCRIPTION
 
Il s’agit d’un crabe de couleur variable suivant l’âge (du bleuté à gris blanchâtre), pouvant atteindre jusqu’à 12 centimètres, de carapace épaisse, lisse et fortement bombée. Son  goût  reste bien différent et bien plus prononcé que le bien connu tourteau. Il creuse 1 profond terrier de 70 centimètres à 1 mètre dans des lieux humides, le trou atteint  toujours 1 nappe d’eau et comporte généralement plusieurs entrées, se nourrissant de végétaux, de fruits tombés à terre mais aussi de charognes. Il vit et se capture dans les espaces ruraux (champs de canne ou bananes), dans les sous bois, le long des plages, mais surtout dans les mangroves et les savanes détrempées. A cet effet trois zones Atlantiques sont les plus prisées : Vauclin, François et Trinité.
            
En passant par Le Vauclin, en arrivant du François, 800 mètres avant le bourg, en voiture de location, en bordure de route, vous ne pourrez pas louper des chasseurs de crabes qui y ont justement élu leur campement, lieu bien connu des Vauclinois.
                        
LA PREPARATION DE LA CHASSE
La chasse au crabe en Martinique est très populaire, elle y est donc réglementée, l’ouverture officielle commence le jeudi suivant le mercredi des cendres (fin du carnaval) et autorisée jusqu’au 15 juillet, pour des crustacés de plus de 7 centimètres.
Rustique la chasse au crabe de terre a gardé sa valeur et son authenticité. Tout bon chasseur doit fabriquer lui-même les pièges appelés « zatrap » (ratières) avec des planches et des clous. Ils seront utilisés pour la capture des crabes.
 
LA CAPTURE
 
Chaque poseur a sa technique, le crabe ne se laisse pas facilement convaincre et sort surtout la nuit. Il est difficilement visible mais peut se repérer facilement grâce au monticule de vase à proximité de son trou. Les chasseurs doivent s’armer de patience…. , mais savent tuer le temps…..
 
Il ne sera pas surprenant, à bord de votre voiture de location, en période de Pâques, de croiser à la tombée de la nuit, aux abords d’une départementale et d’un sous-bois, des martiniquais vêtus de chapeaux, de bottes, imperméables, gants, torches et équipés de sacs, s’afférents à se retrouver sur ces lieux humides qui longent parfois les routes, afin d’y déposer les ratières placées au dessus des terriers, celles-ci comportent 1 appât, en tirant dessus , le crabe actionne le piège en provocant la chute du couvercle, il est pris……
Après la capture il est mis en cage pour le faire jeûner, puis il sera nourrit de fruits, de noix de coco, piment doux pour donner à sa chair, lors de la dégustation, encore plus de saveur.
 
Ce crabe de terre, sera  en attente d’être préparé  puis consommé par les martiniquais ou les touristes, le fameux lundi de Pâques, ou bien sera vendu lors des marchés agricoles ou foires aux crabes organisés plusieurs semaines à l’avance, sur toute l’île. Le revenu de la vente en est souvent appréciable.
 
Si vous vous trouvez en Martinique à cette période de l’année, il ne faudra surtout pas manquer de se déplacer, en voiture de location, pour découvrir l’un de ces lieux, dans l’une des nombreuses communes, vous serez totalement plongé et imprégné de culture martiniquaise.
 
De même, vous pourrez vous rendre, toujours en voiture de location, à Fort de France pour ne pas rater la visite du beau marché coloré et animé du Samedi Gloria (jour saint) où vous pourrez faire plus ample connaissance avec cet « habitant » local si populaire qu’est le crabe de terre et finalement… si peu chanceux…. 
Vous découvrirez dans un prochain article comment cuisiner le Matoutou pour fêter une vraie Pâques martiniquaise.

Retourner à la page précédente